Comarch a lancé un prototype d'application de gestion de fortune, profitant d’une technologie jamais utilisée auparavant dans le monde de la banque privée: la réalité virtuelle.

Le prototype combine la planification financière et le conseil en placement dans un seul outil. «Ce système permet aux clients de controler et multiplier leur actifs, souvent dispersés à travers le monde, avec un minimum d’effort », dit Grzegorz Prosowicz, Head of Product Management chez Comarch. En ce qui concerne les banques, l'application permet à son tour l'élaboration de stratégies d'investissement étroitement alignées sur les besoins et les objectifs des clients.

Comarch propose également l’élaboration et la gestion de portefeuilles financiers dans un environnement 3D réactif. «C’est non seulement très pertinent pour les jeux vidéo, mais aussi, par exemple, pour déterminer l'appétit au risque d’investissement», souligne François-Xavier Hen, Business Solutions Consultant chez Comarch. «Le monde 3D vous permet d'interagir avec votre conseiller différemment - et apporte réellement une note «privée» à la «banque privée».

« Repasser à travers toutes vos données financières peut rapidement vous donner un mal de tête. C’est pourquoi un de nos challenges était de passer de ennuyeux à agréable. Voilà comment la réalité virtuelle est entrée en action », rappelle Mr Hen. Il fait valoir qu’il s’agit de visualiser des données, généralement sèches et peu attrayantes, et - en conséquence – pas toujours facile à comprendre. «Il est possbile de visualiser les résultats potentiels d'une série de décisions d'investissement, ce qui permet finalement de les améliorer. »

Maciej Wolański, Responsable R&D chez Comarch, note que l'industrie du divertissement est généralement l’industrie à la pointe de l'innovation - avec le secteur bancaire et de la finance loin derrière. «Cette fois, nous souhaitions donner l’opportunité aux secteur habituellement «en retard» de se rattraper par rapport aux leaders de l’innovation, explique Mr Wolański.

L’expérience commence par une smartwatch, décrit M. Wolanski. «Celle-ci vous informe d’une chute des prix du pétrole. Vous prenez votre téléphone et le poser dans le casque de Réalité Virtuelle, connectez votre conseiller et lui demandez comment la chute des prix du pétrole affecte votre portefeuille et quelles décisions peuvent être prises immédiatement », illustre Mr Wolański. «Cela va d'un petit écran sur votre poignet à un énorme devant vos yeux - ce que vous voyez alors en 3D est une sorte de centre de commandement où vous avez un aperçu complet de la situation». Chacun de ces canaux, dit Mr Wolański, a son propre but et répond à des besoins définis.

Le rapport du Business Intelligence de l’an dernier estime que les livraisons de casques VR (Réalité Virtuelle), pourraient augmenter à un taux composé de 99% entre 2015 et 2020. Ce qui en fait un marché potentiel de 2,8 milliards de dollars. Certaines institutions financières, dont Wells Fargo et Sillicon Valley Bank commencent déjà à expérimenter la réalité virtuelle. D’autres, comme Goldman Sachs ou Santander surveillent de près cette tendance.

Les représentants de Comarch disent qu’ils souhaitent revoir l’approche traditionnelle client-service dans la banque privée en combinant des algorithmes, relations humaines, les objets connectés – et un peu d’amusement. «Nous sommes les premiers à proposer des lunettes 3D pour la gestion de fortune, où si d’autres le font déjà, c’est qu’ils couvrent bien leurs tracent », sourit François-Xavier Hen.

Le prototype de Comarch a fait un certain buzz lors de la dernière Finovate, une série de conférences axées exclusivement sur la présentation des meilleures technologies financières et bancaires les plus innovantes. « Ce fut certainement un projet très innovant », dit Greg Palmer, Senior Event Director du groupe The Finovate. «Quelques années seront peut-être nécessaires pour une implémentation à large échelle, mais la visualisation des données a un potentiel important en matière de conseil en investissement ».

Le prototype de Comarch a fait un buzz au cours de la dernière Finovate, une série de conférences axé exclusivement sur la présentation des meilleures et plus innovantes technologies financières et bancaires. «Ce fut certainement quelque chose en dehors de la boîte», dit Greg Palmer, Directeur principal événement du Groupe Finovate. «Il serait peut-être quelques années avant qu'il gagne un véritable pied dans le monde de la finance, mais la visualisation des données a un potentiel important en matière de conseil en investissement».